Lauréats 2020

Catégorie Allié

École de technologie supérieure

L’École de technologie supérieure, une université spécialisée dans l’enseignement et la recherche en génie depuis 1974, s’est donné comme objectif il y a deux ans d’accueillir 30 % de femmes d’ici 2030. Elle a intensifié ses actions dans les deux dernières années pour rendre son milieu plus accueillant et plus accessible aux femmes ainsi que pour mettre en valeur leur présence et leurs réalisations en génie. Pour mieux cerner leurs préoccupations, l’École a mené une vaste enquête, qui a donné lieu à de nombreuses initiatives. Parmi celles-ci, la campagne « Objectif Féminin pluriel » encourage la présence des femmes à tous les échelons de l’École, à partir des salles de cours jusqu’aux postes de la haute direction. L’octroi de bourses à toutes celles qui entreprennent des études en génie au baccalauréat, la création d’une murale en l’honneur des étudiantes et l’organisation de plusieurs événements destinés aux femmes sont au nombre des actions qui contribuent à hausser la représentativité féminine. À ces nouveautés s’ajoutent les activités auxquelles l’École participe depuis toujours, comme « Les filles et les sciences, un duo électrisant! » et « Techno au Féminin », qui permettent aux jeunes filles du secondaire et des cégeps de découvrir le monde des technologies. L’École de technologie supérieure a également mis sur pied le Bureau de prévention et de résolution du harcèlement, qui a élaboré la Politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel, une autre des mesures prises pour favoriser l’accès des femmes à la carrière d’ingénieure et réduire les obstacles qui peuvent y être associés.

Catégorie Groupe de femmes

Puakuteu, Comité de femmes de Mashteuiatsh

Puakuteu, Comité de femmes de Mashteuiatsh a vu le jour en 2012 grâce à l’engagement de femmes et au mouvement social qu’elles ont implanté à Mashteuiatsh. Une réalisation très récente à laquelle Puakuteu a contribué significativement témoigne de la reconnaissance que lui accorde le Conseil des élus Katakuhimatsheta : en novembre 2019, le Cadre pour l’égalité et la parité entre les femmes et les hommes de la première Nation des Pekuakamiulnuatsh a officiellement été adopté par le Conseil des élus. L’élaboration de ce cadre est le fruit d’un partenariat réunissant Puakuteu et la Direction santé mieux-être collectif de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan, qui sont conjointement porteurs de sa mise en œuvre, auxquels se sont joints un comité de femmes et d’hommes membres de la communauté et la Table de concertation des groupes de femmes du Saguenay−Lac-Saint-Jean Récif 02. La force mobilisatrice des femmes autochtones de Mashteuiatsh et leur collaboration avec Récif 02 ne datent d’ailleurs pas d’hier. En 2010, cette collaboration a permis à la communauté d’accueillir plus de 250 personnes venues de partout au Québec pour clore les actions de la Marche mondiale des femmes au Saguenay−Lac-Saint-Jean. Mentionnons aussi que Puakuteu, Comité de femmes de Mashteuiatsh réalise des projets visant à mettre en valeur la présence et la parole des femmes dans la sphère politique ainsi que les compétences artisanales des femmes autochtones afin qu’elles puissent développer des aptitudes entrepreneuriales et assurer leur sécurité économique.

Catégorie Hommage

Marie-Thérèse Chicha

Ses travaux en matière d’équité salariale et de discrimination systémique font de Marie-Thérèse Chicha, dès la fin des années 1980, une véritable pionnière dans ces domaines. Professeure titulaire à l’École de relations industrielles de l’Université de Montréal, où elle est également titulaire de la Chaire en relations ethniques, elle a agi à titre d’experte-conseil en matière de politique d’égalité auprès du Bureau international du travail et des gouvernements de divers pays. Dès le début de sa carrière à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Mme Chicha se consacre à l’atteinte de l’égalité et à la lutte contre les discriminations en emploi. Sa contribution à l’avancement de l’équité salariale est indéniable, tant au Québec qu’à l’étranger. Elle a concrétisé son engagement en la matière en participant à de nombreux comités, notamment le comité chargé de proposer au gouvernement du Québec un modèle proactif d’équité salariale, le groupe de travail fédéral mandaté pour proposer un nouveau modèle législatif en cette matière, ainsi que le comité consultatif sur l’équité salariale de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, où elle représente les non-syndiquées et les immigrantes.

Cahier souvenir