Accueil Condition féminine > Dossiers > Femmes immigrantes et issues des minorités ethnoculturelles

Femmes immigrantes et issues des minorités ethnoculturelles

Mise en contexte

En 2011, le Québec comptait 497 655 femmes immigrantes, lesquelles représentaient 51,0 % de la population immigrée et 12,7 % de la population féminine au Québec, soit un peu plus d’une femme sur dix (Source : Statistique Canada, 2014.)

  • En 2011, 28,8 % des femmes immigrantes détenaient un diplôme universitaire, alors que seulement 17,3 % des femmes nées au Canada possédaient un tel diplôme (Source : Statistique Canada, 2014.)
  • En 2016, les taux d’activité (60,1 %) et d’emploi (54,1 %) des femmes immigrantes de quinze ans et plus étaient inférieurs à ceux des femmes de l’ensemble de la population (60,7 % et 57,0 %) et à ceux des hommes immigrants (72,0 % et 65,0 %) (Source : Institut de la statistique du Québec, 2017.)
  • En 2016, la rémunération horaire moyenne des femmes immigrantes était de 21,32 $, ce qui représentait 87,0 % de la rémunération des hommes immigrants et 92,7 % de la rémunération des femmes originaires du Canada (Source : Institut de la statistique du Québec, 2017.)
  • Le pourcentage de femmes immigrantes dans les maisons d’hébergement pour femmes est passé de 13 % en 2007 à 21,6 % en 2014 (Source : Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.)

Actions gouvernementales

Dans la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes vers 2021, plusieurs actions concernent spécifiquement les femmes immigrantes, par exemple :

  • Offrir des formations adaptées aux femmes immigrantes désirant développer leur talent d’entrepreneure.
  • Soutenir des activités visant à informer ou à sensibiliser les femmes immigrantes au sujet de la valeur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans un contexte d’intégration socioprofessionnelle.
  • Offrir de l’accompagnement aux femmes et aux filles immigrantes, particulièrement celles qui sont parrainées, et les informer sur leurs droits et les recours possibles en cas de violences, notamment celles basées sur l’honneur.

De plus, les actions ayant pour objectif de réduire les obstacles à l’intégration et au maintien en emploi de la main-d’œuvre féminine ainsi que celles visant la parité dans les lieux décisionnels seront notamment axées sur les femmes immigrantes.

La Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021 et le Plan d’action gouvernemental 2012-2017 en matière de violence conjugale prévoient également des actions pour prévenir et contrer la violence sexuelle ou conjugale pouvant être vécue par les femmes immigrantes.

Plusieurs programmes gouvernementaux de francisation et d’aide financière, tels que Réussir l’intégration, Mobilisation-Diversité, Soutien à la mission et PRIIME, visent à soutenir l’intégration socioéconomique des personnes immigrantes.

En 2016, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion rendait publique la Stratégie d’action en matière d’immigration, de participation et d’inclusion 2016-2021. Cette dernière prévoit plusieurs actions, notamment la mise en place d’une mesure en matière de reconnaissance des compétences acquises à l’étranger par les personnes immigrantes, visant l’atteinte de l’égalité de fait entre les Québécoises et les Québécois de toutes origines.

Haut de page

Pour en savoir plus

Date de mise à jour : 12 septembre 2017

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2008 - 2017