Plan d'action gouvernemental 2012-2017 en matière de violence conjugale

Le Plan d'action gouvernemental 2012-2017 en matière de violence conjugale a été rendu public le 6 décembre 2012. Il regroupe 135 engagements, dont 87 nouveaux, et 35 spécifiquement prévus pour les communautés autochtones.

Il vise à :

  • assurer la sécurité et la protection des victimes de violence conjugale et des enfants qui y sont exposés;
  • apporter une réponse aux besoins d'aide et d'encadrement des personnes ayant des comportements violents;
  • mieux répondre aux besoins des Premières Nations et des Inuits ainsi que des personnes vivant dans des contextes de vulnérabilité à la violence conjugale, notamment les personnes âgées, handicapées, immigrantes ou issues d'une communauté culturelle, lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles ou transgenres ainsi que les hommes victimes.

Consultations en matière de violence conjugale

Dans le but de réaffirmer l’importance de prévenir, de dépister et de contrer la violence conjugale, le gouvernement du Québec a prolongé le Plan d’action gouvernemental 2012-2017 en matière de violence conjugale. Cette prolongation permet au gouvernement de mener une démarche de consultation qui conduira à l’élaboration d’un nouveau plan d’action.

Un bilan témoignant de la réalisation des 135 mesures prises par la dizaine de ministères et d’organismes engagés dans la mise en œuvre de ce plan a été produit et constitue un document de référence pour les consultations auprès des partenaires. En vue d’alimenter la réflexion, un cahier d’accompagnement a été préparé.

Des consultations se sont déroulées à l’hiver et au printemps 2018 et une consultation consacrée aux enjeux spécifiques des communautés autochtones sera tenue ultérieurement.

Quatre grands thèmes ont orienté les discussions :

  • Prévention, sensibilisation et information;
  • Dépistage et intervention psychosociale;
  • Intervention policière, judiciaire et correctionnelle;
  • Partage de l’expertise et développement des connaissances.

Les organismes intéressés avaient jusqu’au 27 avril 2018 pour transmettre leurs pistes de réflexion au Secrétariat à la condition féminine. Merci pour vos contributions ! Vous pouvez consulter les documents dont la mise en ligne a été autorisée ici : Publications.