Quitter rapidement
Quitter rapidement
Agir contre - La violence conjugale

Une manière de contrôler

La violence conjugale est une façon de contrôler l’autre; ce n’est pas le résultat d’une perte de maîtrise de soi. Dans une situation de violence conjugale, l’agresseur emploie plusieurs stratégies pour dominer sa victime, affirmer son pouvoir sur elle et s’assurer qu’elle ne le quittera pas.

La violence conjugale consiste à dévaloriser l’autre. Elle se traduit par :

  • des attitudes et des propos méprisants;
  • l’humiliation;
  • le dénigrement;
  • le chantage;
  • la négligence à son égard.

Elle peut aussi prendre la forme d’un isolement imposé par l’agresseur qui, souvent motivé par la jalousie, interdit à la victime de fréquenter telle ou telle personne ou limite ses déplacements à l’extérieur de la maison. Elle porte atteinte à l’estime de soi et à la confiance en soi, et permet au doute de s’installer dans l’esprit de la victime quant à la responsabilité de l’agresseur dans la situation.

Plus la victime est isolée socialement, plus elle devient vulnérable aux autres formes de violence. Dans certains cas, l’agresseur peut se servir de ses croyances spirituelles pour justifier sa domination et son pouvoir.

La violence conjugale se caractérise par une série d’actes répétitifs qui deviennent généralement de plus en plus fréquents. Les spécialistes appellent cette progression l’«escalade de la violence ».

Elle se produit, dans le cas de la personne qui commet l’agression, selon un cycle défini qui comporte des phases successives marquées par :

  • la montée de la tension;
  • l’agression;
  • la déresponsabilisation;
  • la rémission;
  • la réconciliation.

À ces phases correspondent, chez la victime :

  • la peur;
  • la colère;
  • le sentiment qu’elle est responsable de la violence;
  • l’espoir que la situation va s’améliorer.

À noter que toutes les phases ne sont pas toujours présentes et qu’elles ne se succèdent pas nécessairement dans cet ordre.